Le dispositif de protection du travailleur isolé

  • par Rule Dennis
  • 22 Jours
  • Commentaires fermés

Travailler de manière isolée augmente les contraintes du salarié. En cas d’accident, il ne peut pas prévenir une tierce personne de sa situation.

En quoi consiste la protection du travailleur isolé ?

La PTI ou protection du travailleur isolé regroupe différentes mesures permettant d’assurer la sécurité d’un travailleur isolé, c’est-à-dire d’un salarié qui réalise ses missions dans un lieu où il ne peut ni être entendu ni être vu. Cette situation d’isolement est un facteur aggravant en cas d’accident puisqu’il retarde l’intervention des secours. Pour s’en prémunir, la loi oblige tout chef d’entreprise employant un travailleur isolé à éviter les risques ou du moins à les réduire.

Cette démarche de prévention commence par l’identification des situations d’isolement. Il revient par la suite au chef d’entreprise d’établir des mesures organisationnelles et d’apporter des changements nécessaires à l’environnement de travail si possible. L’employeur peut par exemple réduire les interventions isolées, éviter le travail en isolement pour des postes jugés à risque, apporter des modifications à l’équipement et au poste de travail. Il est également primordial de former et d’informer les travailleurs isolés sur les contraintes liées à leur poste.

Les mesures préventives ne sont toutefois pas suffisantes. En complément et pour parer à toute éventualité, il faut organiser les secours. En cas d’accident, un personnel formé aux premiers soins doit être en mesure d’intervenir dans les moindres délais. Le matériel adapté doit également être mis à disposition. Cette organisation des secours doit être mise en place parallèlement à l’envoi d’alertes. L’employeur peut ainsi équiper ses travailleurs isolés d’un DATI ou dispositif d’alarme pour travailleur isolé.

Comment fonctionne un DATI ?

Le DATI ou dispositif d’alarme du travailleur isolé est un équipement qui permet d’envoyer une alarme que ce soit à une personne ou à une structure dédiée, en mesure de déclencher les secours. Suivant l’équipement, l’alerte peut être enclenchée manuellement en appuyant sur un bouton ou automatiquement. Cette fonction plus avancée permet l’envoi d’alerte en cas de chute ou d’absence de mouvement entre autres. Le DATI peut se connecter à un réseau téléphonique, satellitaire, GSM ou à une fréquence radio pour la transmission de l’alarme. Suivant l’équipement choisi, l’opérateur alerté peut procéder à une levée de doute et envoyer les secours si la situation l’exige.

Le DATI se décline en différents modèles. Le boîtier est le plus basique. Il dispose généralement d’un simple bouton d’alarme. Des dispositifs plus performants peuvent recevoir des appels pour la levée de doute ou être adaptés pour une utilisation dans les zones Atex. Ils sont dans ce cas plus robustes et peuvent enclencher des alertes automatiquement s’ils détectent une anomalie. Suivant les conditions de travail, l’on peut également opter pour des radios ou des montres connectées. Il existe aussi des applications à installer sur le Smartphone.

Le DATI n’est qu’un élément dans la mise en place des démarches de protection du travailleur isolé. Cet équipement ne saurait suffire à garantir la sécurité et la protection du salarié isolé. Il ne se substitue en rien à l’évaluation des risques, aux mesures préventives et à l’organisation des secours.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
Précédent «
Suivant »