Tout savoir sur l’imprimante 3d professionnelle

  • par Rule Dennis
  • 22 Jours
  • Commentaires fermés
Tout savoir sur l’imprimante 3d professionnelle

Avant de recréer un objet, il faut construire un moule de forme pareille. Il faut y verser le contenu afin que l’aspect des deux sujets se ressemble de près. Cette méthode nécessite du temps, des heures ou même des jours qui pourraient impacter sur la quantité de production. Ces dernières décennies, l’innovation de la technologie ne cesse de s’améliorer surtout dans les pays développés. C’est ainsi que l’imprimante 3d professionnelle arrive. Elle peut dupliquer ou créer une quelconque structure en peu de temps sous guide informatisée. Allant d’une petite pièce à des œuvres de grande envergure spectaculaire, tous de différentes manières mais d’une même procédure de base.

Description

L’imprimante 3d professionnelle est une sorte de machine ou robot qui conçoit ou reproduit des modèles sur-mesure, simulant la réalité dans un temps très court. Ce réalisme s’obtient car elle imprime en volume ou plutôt dans les trois dimensions géométriques. Elle peut s’adhérer avec des matériaux de natures différentes. Elle est spécifiée par sa précision inégalable. Elle ne marche pas toute seule mais a besoin d’autres accessoires.

  • Un ordinateur pour faire le croquis 3d à l’aide de la conception assistée par ordinateur.
  • Puis le fichier 3d ainsi conçu est découpé en tranche et traité par un logiciel adéquat pour donner les différentes strates qui seront transmis à leur tour à l’imprimante par Wi-Fi ou câble USB.
  • Celle-ci avec l’ajout de matériaux comme la poudre ou la résine ou bien d’autres, dessine un objet tridimensionnel par superposition de couche par couche, réalisant ce qu’on appelle une fabrication additive.

Ce genre de matériel est très bénéfique pour les perfectionnistes car avec elle, le service est rapide et le produit haut de gamme. Elle est utilisée dans le monde médical pour la fabrication des prothèses et implants, comme les appareils auditifs et dentaires, les bras, les seins et hanches artificiels. Elle peut même être utilisée dans d’autres domaines, tels les plats dans le restaurant, des pièces de voitures ou d’avions, des instruments de musiques, des architectures comme des ponts ou des bâtiments, des ustensiles de cuisines.

 Fonctionnement

En général, même si chaque imprimante 3d professionnelle fonctionne différemment, chacune aboutit à un seul résultat, une structure en volume. Elle transforme l’image virtuelle 3d en lamelles 2d de fines épaisseurs selon les logiciels appropriés. Chaque appareil a sa façon de déposer ces assises grâce à des buses. Le mouvement de ces derniers se fait dans les trois dimensions de l’espace : hauteur, largeur, et profondeur. Pour les imprimantes plus performantes, ces tubes sont pourvus de deux rotations à leur embout, utile pour la précision.

Ainsi la première étape est réalisée par la déposition de substance par ces buses. Ensuite le durcissement par lumière, une fois que la couche initiale est placée. Elle est d’abord solidifiée avant la pose de la suivante. Cela par un rayonnement laser ultra-violet déjà incorporé dans l’imprimante. On peut désigner quelques méthodes. Dans le stéréolithographie, une couche de liquide polymère est déposée. Puis dans le frittage laser, une fine couche de poudre est déposée. Et dans le système polyjet de goute à goute sort des buses et se dépose sur un gel.

Nature des matériaux

Les deux consommables les plus prisés dans le monde de l’imprimante3d professionnelle sont les métaux et les plastiques. Mais il y a aussi les substances organiques comme les tissus, les cires, et les céramiques dont le plâtre ou la silice. Ils peuvent être sous forme de liquide, de poudre, de filaments. Les plastiques se présentent en fils enroulés sur une bobine. Le PLA d’origine végétale venant de la racine de manioc ou l’amidon de maïs, et l’ABS dérivé du pétrole. On peut citer aussi, la résine liquide blanche ou noire ou colorée, la poudre de polyamide. Egalement les poudres métalliques, l’aluminium, l’acier, le titane. Sans oublier le matériel de support pour tenir l’objet à imprimer.

Pour la finition, quelques soit le type d’imprimante 3d employé, le résultat final n’est pas tout de suite à cent pourcent parfait, même si la qualité est très bonne. Il faut enlever les excédents des bordures avec une pince coupante, une lime à aiguille, ou avec un cutter ou scalpel. Puis le polissage avec un papier verre. Pour le peindre, prévoir des gants et des masques, des pinceaux, des gobelets en plastiques, des rubans de masquages, une cabine de peinture, et la peinture évidemment.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • linkedin
  • linkedin
Précédent «
Suivant »